Récit 6 : Le Grand Déplacement

Continuing the discussion from On fait expresque!:

2 Likes

Le livre de Pierre Sommermeyer Anarchistes et juifs : anarchisme, antisémitisme, antisionisme – Editions Libertaires me semble une indispensable lecture pour mener à bien ce récit. Cela tombe bien, nous en avons une copie.

Je propose de traiter ce sujet par l’intermédiaire des médias internationaux qui donneraient plusieurs voix sur l’évolution de la longue marche. Elle se finirait sur un soldat de Tsahal, posté au nord d’Israël à la frontière avec le Liban ou de la Jordanie, qui verrait arriver une masse grouillante… On laisserait à l’Histoire le soin de continuer le récit en actes.

2 Likes

Structure du récit

Le récit comportera cinq phases, conformément à la fameuse série « l’indifférence, la raillerie, les injures, la répression et l’estime ».

Cinq phases

Nicholas Klein is best known for his speech to the Clothing Workers in May 1919, where he said the following:[5]

[…] my friends, after this war, there will be a great unemployment problem. The munition plants will be closed and useless, and millions of munitions workers will be thrown out upon the market. And then the time will come to show whether you strikers and you workers believe one hundred per cent for organized labor or only 35 per cent […] And my friends, in this story you have a history of this entire movement. First they ignore you. Then they ridicule you. And then they attack you and want to burn you. And then they build monuments to you. And that is what is going to happen to the Amalgamated Clothing Workers of America. And I say, courage to the strikers, and courage to the delegates, because great times are coming, stressful days are here, and I hope your hearts will be strong, and I hope you will be one hundred per cent union when it comes!

Deux ans plus tard, alors qu’il vient de faire adopter par le Parti du Congrès son programme de non-coopération non-violente, Mahatma Gandhi reprend et systématise ces « cinq phases » :

Dans son journal Young India, Gandhi écrit le 9 mars 1921 :

« Tout mouvement qui se respecte passe par cinq phases : l’indifférence, la raillerie, les injures, la répression et l’estime. Nous avons connu l’indifférence pendant quelques mois. Puis le vice-roi s’est aimablement moqué de nous. On vit ensuite à l’ordre du jour se succéder injures et rapports mensongers. Les gouverneurs de provinces et la presse hostile à la non-coopération ont fait de leur mieux pour abreuver d’injures notre mouvement. Nous en sommes pour l’instant à la répression qui jusqu’à présent en est à un stade encore assez modéré. Tout mouvement qui survit à la répression, modérée ou cruelle, commande invariablement le respect, ce qui est synonyme de succès. Si nous sommes fidèles, cette répression peut être considérée comme le signe précurseur de la victoire. Mais, si nous sommes fidèles, il ne faudra jamais nous laisser intimidés, ni, poussés par la colère, faire acte de vengeance et de violence. La violence est un suicide. » (Tous les hommes sont frères, Gallimard, p. 253-254)

Ainsi notre récit s’inspirera aussi bien de ces phases là, que du traitement médiatique fait aux Gilets Jaunes, voire à d’autres mouvements sociaux et marches au travers de l’histoire récente et contemporaine. C’est par le prisme du réalisme du traitement médiatique que nous pourrons rendre acceptable et encourageante l’idée folle de traverser l’Europe à pied, d’en sortir, et de marcher jusqu’en Palestine. Tout l’intérêt de ce récit réside en ce que la phase de répression se passe au niveau du détroit du Bosphore, à la sortie de l’Europe, au coeur du passage entre Europe et Asie et du dispositif répressif FRONTEX. À partir de là, la victoire est assurée.

2 Likes

L’indifférence

Par exemple :

L’ensemble des pays du monde ont reconnu l’existence de la Palestine, sauf : le Canada et les USA, le Panama, l’Europe le l’ouest (sauf la Suède et l’Islande), les anciennes républiques soviétiques baltes (Estonie, Lettonie, Lithuanie), le Cameroun et l’Éritrée, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Myanmar, le Japon, la Corée du Sud et Taiwan.

Carte de la reconnaissance de la Palestine

La raillerie

  • On va se moquer des pèlerins, les affubler de croyances ridicules, etc.

Les injures

  • On va les traiter d’antisémites

La répression

  • On va les arrêter aux frontières, disperser leurs camps, démanteler leurs relais…
  • On va chercher à les associer avec Rojava pour faire pencher la balance de la Turquie contre la marche : ultra-gauche, internationalistes, islamo-gauchistes…

Situation : l’intention du pouvoir est de bloquer la marche entre l’Europe et la Turquie. Avec les violences viennent l’attention du monde et le soutien des internationalistes qui rendent le travail de sape médiatique de plus en plus difficile. Lorsqu’arrivent les pèlerins à la frontière, ni FRONTEX ni la Turquie ne peuvent s’opposer au passage en force des milliers de personnes à présent suivies par tous les médias sociaux.

Position de la Turquie

Ce point est difficile à négocier : les enjeux géostratégiques sont nombreux. L’alliance avec l’OTAN et les USA vs. l’alliance USA-Israël peut conduire à une intensification d’une invasion turque de la Syrie… Qui pourrait également freiner la marche.

La proposition pour l’instant envisagée consiste à ce que Erdogan envoie chier tout le monde : les négociations entre UE et Turquie se soldent par un refus net d’Erdogan de « se mêler des questions entre européens. La Turquie est terre d’accueil et n’arrêtera pas cette marche dont l’objectif de paix en Palestine est louable. »

L’estime

La réussite du passage du Bosphore enflamme l’Asie et l’Afrique qui à leur tour entament des marches vers la Palestine. Depuis Dakar, Kinshasa ou Rabat, des milliers de personnes entament bientôt leur pèlerinage. Depuis Bombay, Kabul ou Teheran, des convois se forment et gonflent au fil des étapes. Pour les personnes religieuses c’est l’opportunité de se rapprocher des lieux saints juifs, chrétiens et musulmans. Pour toustes, c’est l’occasion de montrer que plusieurs millions de personnes sont prêtes à risquer leur vie pour dépasser la population locale et absorber Israël comme elle a absorbé la Palestine, pour dissoudre le conflit dans la pluriversité, pour renverser le rapport de pouvoir au monde.

Enfin, la marche européenne arrive à la frontière entre le Liban (ou la Syrie) et Israël. On la voit venir par les yeux d’un·e jeune soldat·e de TSAHAL posté comme garde-frontière. Le récit se finit en suspens.

1 Like

À propos de l’indifférence / non reconnaissance de la Palestine, je me rappelle de la polémique induite par sa disparition sur Googlemap il y a quelques années… à l’époque (2016
je crois) le territoire restait encore visible / délimité, désormais elle n’apparaît même plus en pointillés, le nom de l’état de Palestine a radicalement été effacé. Il ’apparaît ni en tant qu’état souverain, ni même comme « territoires palestiniens ». Il n’est à ce jour toujours pas reconnu/réapparu sur Googlemap… seul « Israël » apparaît incluant la «Cisjordanie » et « bande de gaza ».

Faire disparaître un état souverain d’une carte qui se veut « officielle », l’effacer des données, après la réécriture de l’histoire, celle par la géographie.

Une sorte de 1984 par un service de cartographie…?

Les cartes ont toujours été, au pire mensongères au mieux partisanes, elles ont toujours servi les guerres de territoires et les colons. Depuis les distorsions de la projection de mercator minimisant les superficies des continents du sud notamment, en passant par l’importance des cartes guerrières et militaires dans l’histoire des cartes… jusqu’à l’effacement des états, non reconnus par l’ONU…

Il existe par contre des cartes militantes (cf notamment l’un des numéros du funambulist laissé sur la table « Our Battles »)

Sur le passage entre le Maroc & l’Algérie, pour rejoindre la marche, la frontière est fermée et surveillée militairement, mais les passages clandestins existent (forcément). J’ai le souvenir que l’une des route empruntée par le haut Atlas s’appelle quelque chose comme « la route de l’unification maghrébine »…

2 Likes

De La Vía Campesina :

2 Likes

Sur les avions de Saudi Airlines, la carte de navigation n’indique ni Israël ni la Palestine.

Aujourd’hui, rechercher « Palestine » sur Gaggle Maps depuis la France présente un insert de Wikipedia sur la Palestine. Cependant cette recherche n’actualise pas la carte. Si on se déplace vers la carte, apparaissent la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

Sur OSM on peut trouver sous la relation 1703814 les territoires palestiniens occupés, avec une mention disputed.

Oui, la cartographie est même utilisée par les peuples natifs au Brésil pour tromper les orpailleurs en les envoyant dans des pièges !

2 Likes

Annexe 1

Appel à un mouvement mondial contre toutes les guerres, pour la paix, la justice sociale et la solidarité !

La Via Campesina, 8 juillet 2022, Bagnolet. (source)

Pour la paix, la justice sociale et la solidarité contre toutes les guerres !

À l’heure de l’urgence et de la crise climatique mondiale, de l’escalade des régimes totalitaires, de la résurgence de l’impérialisme et des agressions militaires, nous, paysan·ne·s, exprimons notre consternation face à la prolifération des guerres dans le monde.

Des incendies ravagent l’Amazonie et l’Australie, et une chaleur insupportable, des pluies intempestives et des inondations frappent le sous-continent sud-asiatique. Les sécheresses menacent les cultures et le bétail dans des dizaines de pays, les inondations détruisent des champs et des maisons dans d’autres endroits, et les espèces et populations d’insectes, d’oiseaux et de plantes disparaissent massivement et irrémédiablement.

Et vous, les décideu·r·se·s de ce monde, que faites-vous ? Vous faites la guerre, alimentée par la cupidité, pour arracher les dernières gouttes de pétrole, les dernières sources d’eau, les derniers hectares de territoire. Vous montez les gens les uns contre les autres avec une propagande populiste et chauvine, essayant de nous diviser et de briser notre pratique de semer la paix dans nos sociétés et avec la nature.

Assez de tout cela ! Nous, paysan·ne·s, appelons à la fin des guerres et à un mouvement mondial pour la paix, la solidarité et la coopération internationales.

Nous demandons l’arrêt immédiat des agressions militaires et le retrait des forces militaires de tous les territoires illégalement occupés dans le monde. Nous appelons au démantèlement de toutes les alliances militaires multinationales et des arsenaux nucléaires dans le monde. Nous appelons à un effort international vers la démilitarisation et le désarmement. Nous appelons à cesser d’utiliser la faim comme une arme de guerre contre les peuples.

Les seules guerres qui valent la peine d’être menées aujourd’hui sont celles contre la pauvreté, la faim, les crises du climat et de la biodiversité, le racisme et la violence contre les femmes.

Nous, paysan·ne·s, affirmons que, dans le contexte actuel d’urgence sociale et environnementale, toutes les guerres sont contraires aux véritables intérêts et aspirations des peuples. Nous voulons semer la paix ! Nous sommes fatigué·e·s de votre soif de pouvoir qui détruit la planète et nous condamne à la misère. Nous voulons récolter la paix et la justice sociale ! Il est temps de mettre toutes nos énergies dans la construction de sociétés plus justes et plus solidaires. Nous voulons construire la paix et la justice sociale !

Nous appelons toutes les personnes qui ressentent un sentiment d’urgence pacifiste, ainsi que les mouvements sociaux, les organisations de femmes, les organisations de travailleu·r·se·s, les organisations de migrant·e·s, les organisations de jeunes, les organisations de peuples autochtones, à s’unir pour exiger la fin des guerres et de la militarisation.


La Via Campesina appelle tous ses membres, allié·es et mouvements sociaux à faire écho à ce texte, à le traduire et le republier dans les langues locales, et à le partager. Une voix unie du peuple est maintenant urgente et nécessaire ! Globalisons la lutte, globalisons l’espoir !

Ce dont vous traitez ici fait écho avec ce j’écoute en ce moment :slight_smile:

podcast from laboratorio sociologia visuale, ** Borderlands and Solidarities**

Et aussi leurs nombreuses vidéos, toujours sur le même thème :

1 Like

Ce travail fait une collection magnifique et aborde tous les sujets deuis le point de vue des personnes concernées, merci pour ça.

Voici une histoire condensée des activitées en soutient au réfugiés en méditerranée depuis 2011. Palermo Convergence 2021 – trans border net
On y parle de alarm phone project mentionné plus haut.
Cette lecture me fait insister à mon avis ce récit devrait avoir pour objectif un territoire de migration plutôt que la palestine. Je trouve que le sahara serait une meilleure destination, porteuse de plein d’imaginaires et cela pourrait être un lieu de rencontre crucial au coeur de l’afrique.

1 Like